L´année 2011

 29. srpen 2011  Mathieu Detaille   komentáře

2011 est une année exceptionnelle à bien des égards. C’est l’année des révolutions arabes. C’est l’année de l’affirmation politique de la Chine. C’est l’année où le Japon riche et développé est presque rasé de la carte par un phénomène naturel. C’est l’année de l’enfoncement des pays occidentaux accablés par leurs dettes. C’est l’année des attentats en Norvège, à la portée symbolique considérable.

L´année 2011L´année 2011

2011 est une année exceptionnelle à bien des égards. C’est l’année des révolutions arabes. C’est l’année de l’affirmation politique de la Chine. C’est l’année où le Japon riche et développé est presque rasé de la carte par un phénomène naturel. C’est l’année de l’enfoncement des pays occidentaux accablés par leurs dettes. C’est l’année des attentats en Norvège, à la portée symbolique considérable.

Faire un lien entre tous ces événements est un procédé bien risqué. Éviter d’en faire un l’est tout autant. Tentons d’en faire une synthèse honnête.

Les révolutions arabes affirment haut et fort que le modèle démocratique n’a pas perdu de son aura. Chacun a le droit de s’exprimer, c’est un acquis universel, quoique fragile par définition.

On parle depuis une quinzaine d’années que dans le futur la Chine succédera aux pays occidentaux pour la domination commerciale, militaire et politique. En parler au futur, en 2011, relève plus de l’inertie intellectuelle que des faits. Quel pays a osé tancer les États-Unis en 2011 ? Il n’y en a qu’un.

En Asie toujours, au Japon cette fois. Sommes-nous étonnés de la catastrophe japonaise. D’un tsunami qui rase des villes et submerge une centrale nucléaire. Et de critiquer un quelconque Tepco. La fragilité d’une économie en flux tendus et jouant avec ses limites comporte des risques inhérents.

La dette des pays occidentaux les dépasse littéralement. On parle de pays toxiques, de plans et de réformes, sans questionner le rapport que nous avons avec le mot central de l’histoire : la dette. Pourquoi fonctionnons-nous sur un modèle d’endettement ?

Reste ce qui est passé pour un fait divers dramatique, la tuerie de Norvège. Tuerie est un mot aveuglant, car dans leur essence les faits qui se sont déroulés dans la région d’Oslo sont des attentats politiques. Attentats car ils visent à la déstabilisation d’un État. Politiques car ils témoignent d’une tendance lourde en Europe. Le motif doit éveiller les consciences, quelqu’en soit le fond(s) argumentatif.

2011 est une année charnière. Elle répond à l’année 2001, et définit le 21ème siècle historique. Nous ne sommes pas entre la croix et l’enclume, au bord d’un précipice ou d’un quelconque désastre fantasmagorique. Nous sommes à la redéfinition de nos choix de modèle de société. Que voulons-nous demain ? Quidam qui marche dans rue.

Odpovědna redaktorka: Selma Hamdi

 

Text neprošel jazykovou korekturou.

 

Titulní obrázek převzat z: http://www.sxc.hu/photo/467791

Jak citovat tento text?

Detaille, Mathieu. L´année 2011 [online]. E-polis.cz, 29. srpen 2011. [cit. 2017-08-23]. Dostupné z WWW: <http://www.e-polis.cz/clanek/lannee-2011.html>. ISSN 1801-1438.

[Nahoru ↑]


Hodnocení

Hodnocení: 4 hvězdiček / Hodnoceno: 1x


Přidat komentář

Vložit komentář

Na tento příspěvek zatím nikdo nereagoval! Buďte první!




Novinky

E-polis.cz hledá autory!
[22. červenec 2014]
Časopis stále hledá nové interní redaktory a další externí spolupracovníky, kteří budou ochotní se podílet na vytváření obsahu. Své články posílejte k posouzení na email redakce@e-…

Kde se diskutuje?

Je nám líto, u tohoto zdroje žádné položky nebyly nalezeny :-(